News

Vernis bonus sur le programme: Laura Mvula et SOHN

23.04.2014

Vernis bonus sur le programme: Laura Mvula et SOHN

Nouveau sortilège soul made in UK, Laura Mvula jouera le 11 juillet juste avant Jamie Cullum. Le 9 juillet, son compatriote SOHN, buzz impeccable, rajoutera un bout de temps présent au Lab. Les deux jeunes artistes gonflent encore un peu plus les voiles de la programmation 2014.

 

Laura Mvula, délicieuse catharsis

Laura Mvula est une crème anglaise de la soul. Issue d’une pieuse famille de Birmingham, Laura née Douglas trace les contours de son désir musical à l’apprentissage du violon et du piano. Pas velléitaire pour un sou, elle rejoint vite les Black Voices, un chœur gospel monté par sa tante. Ces résidus classiques transpirent avec une grâce étonnante dans son premier album Sing to the Moon, par deux fois nominé aux Brit Awards cette année. Pour arriver jusque là, l’ancienne réceptionniste n’a pas connu que du sucré, reculant pour mieux sauter. Laura Mvula extrait de ses doutes et désillusions un concentré de simplicité et de maturité vocale soutenue par le talent. Elle s’est forgée une assurance solide contre l’empressement, pour mener sa barque singulière teintée d’influences telles que Nina Simone, Jill Scott ou Erykah Badu. Remarquable sur les scènes qu’elle partage avec son frère et sa soeur (la musique est affaire familiale depuis toujours chez les Douglas) elle s’apprête à creuser l’ivresse du Stravinski… 

 

SOHN donne de la voix, mais jamais son vrai nom
On en parle beaucoup depuis quelques temps. Mais ce qui est bien avec SOHN, c’est qu’on parle uniquement musique. On ne sait pas grand chose sur l’oiseau, et ça ne l’intéresse d’ailleurs pas franchement. L’inconnu au secret biographique partiel est un alchimiste en apesanteur. Le producteur d’un alliage sublime de machines et de voix signe son indépendance sur 4AD, célèbre label britannique. Le fiston londonien qui sévit aujourd’hui depuis Vienne est aussi doué qu’addictif. Ses beats travaillent au corps des cavalcades symphoniques électrosoul qui bloquent irrémédiablement le bouton repeat. Autant dire qu’avec SOHN allumant la mêche de London Grammar puis Goldfrapp au Lab, la date du 9 juillet va embraser les âmes sensibles, dérobant au passage quelques cœurs. 

Lien vers le programme complet

 

Pendant ce temps, au Centre Culturel Suisse de Paris…

Pour la 5e année consécutive, le Centre Culturel Suisse de Paris donne carte blanche à la Montreux Jazz Artists Foundation, branche expérimentale et pédagogique du Montreux Jazz Festival. Cette année, l’invitation coïncide avec l’International Jazz Day de l’UNESCO, et aligne du 28 au 30 avril prochain un tryptique de jeunes pointures du jazz suisse : les genevois « post-jazz » Plaistow (28.4) et le trio « überjazz » zürichois Rusconi (29.4) feront exploser les frontières stylistiques. Le 30.4, le pianiste Léo Tardin présentera les paysages intérieurs de son nouvel album, Dawnscape  Ce même jour J pour le Jazz (30.4), le concert Nina Simone, Live at Montreux 1976 sera projeté. Une belle manière de célébrer au cœur du white cube un bijou des archives du Montreux Jazz Festival, intégrées l’an dernier au Patrimoine Immatériel de l’UNESCO.  

 

You might also like

All the news